La diversité dans le secteur des relations publiques.

(Le responsable de Talking Birds, Bram Boriau, a écrit cette chronique pour le magazine professionnel PUB.be.)

Je termine toujours les entretiens d’embauche chez Talking Birds par la question de savoir quel est le plus grand défi du secteur des relations publiques. La numérisation et les fake news sont des réponses que l’on me donne souvent.

Ma réponse (que je n’ai jamais obtenue) est la suivante : “Le secteur des RP est dans un angle mort parce que la majorité des professionnels ont fait des études supérieures de type long, plutôt blancs et de la classe moyenne (supérieure).” Si nous ne sommes pas nous-mêmes le reflet de la société, comment pouvons-nous atteindre tout le monde ?

Notre petite agence a récemment recruté une collègue francophone et sa valeur ajoutée est énorme. Nous avons une bien meilleure vision de la Belgique francophone et cela se traduit directement dans les résultats que nous obtenons avec les médias francophones.

La “Belgique francophone” était un angle mort évident, mais nous manquons encore beaucoup de choses. En tant que petite agence, c’est un défi d’être diversifié, mais même les grandes agences y sont confrontées.

Pourquoi est-ce si lent ? Je ne suis pas un expert, mais j’ai quelques idées à ce sujet.
Il y a sans doute encore beaucoup de préjugés et de mauvaises excuses comme “il y a trop peu de bons candidats” et “leur néerlandais n’est pas assez bon”. Mais il y a plus. Je pense que notre propre chambre d’écho fait que nous ne nous rendons pas compte que nous passons à côté de grands groupes.

Le sentiment d’urgence est trop faible car les clients eux-mêmes n’insistent pas sur les stratégies de communication pour une société diversifiée. Les entreprises elles-mêmes ne sont souvent pas encore hyper-diverses. Leurs clients (potentiels) le sont, bien sûr. Il en va de même pour les médias eux-mêmes : ils s’engagent en faveur d’une plus grande diversité, mais la route est encore longue.

Ensuite, il y a ce que j’appelle la mauvaise motivation. Je pense que de nombreuses agences essaient de recruter des personnes plus diverses parce que c’est la bonne chose à faire sur le plan moral ou pour les statistiques. Un candidat le sent. Un recrutement plus diversifié devrait être motivé avant tout par le fait que nous voulons remplir notre mission principale : atteindre le plus grand nombre de personnes possible de la manière la plus appropriée.

Néanmoins, je suis optimiste. Les agences et les clients sont de plus en plus sensibilisés à cette question et de plus en plus de profils très intéressants trouvent leur chemin vers les employeurs qui réalisent à quel point ils ont besoin de ces professionnels.

Photo by <a href="https://unsplash.com/@rodlong?utm_source=unsplash&utm_medium=referral&utm_content=creditCopyText">Rod Long</a> on <a href="https://unsplash.com/s/photos/racism?utm_source=unsplash&utm_medium=referral&utm_content=creditCopyText">Unsplash</a>

Photo by Rod Long on Unsplash

Markus Spiske K0rVudBoB4c Unsplash

Photo by Markus Spiske on Unsplash

Plus d'articles.

01 mai 2017

11 conseils pour améliorer votre communication de crise.

J'ai toujours une étrange sensation dans l'estomac lorsque la fin de l'année approche. Noël et la communication de crise : deux mains, mon estomac. En tant que porte-parole, j'ai donné des centaines d'interviews sur les systèmes de paiement défaillants et j'aime partager quelques conseils qui peuvent améliorer votre communication de crise.

26 février 2021

Objectif – discrédit : 0 – 1 !

Communiquer sur vos objectifs doit être sincère et proportionnel aux efforts réels que vous déployez pour les atteindre.

16 avril 2020

Prendre ses responsabilités pendant la crise: fausse bonne idée ?

Les gens sont avides d'informations, et les agences de relations publiques et leurs clients devraient pouvoir en tirer parti. Il y a certainement des opportunités, mais en tant qu'agence de communication, nous devons avant tout prendre nos responsabilités et être prudents.